MEFDD  »  Actualité
Actualité
30.12.2019

Participation du secteur privé à la mise en œuvre de l’APV-FLEGT : Fin du Projet FAO de l’ATIBT Congo

Lancé en septembre 2018, le Projet FAO de l’Association Technique Internationale des Bois Tropicaux (ATIBT) portant sur « la participation structurée du secteur privé congolais dans l’élaboration des textes règlementaires et des documents techniques de l’APV-FLEGT » s’est terminé le 13 décembre 2019. C’était au cours d’un atelier organisé à Brazzaville et placé sous la houlette du Conseiller juridique et administratif du Ministre de l’Economie Forestière, M. Christophe Guy Bienvenu BABELA en présence des cadres de l’économie forestière, des représentants de l’Union Européenne, de la FAO et des sociétés forestières.


Une vue des participants de l'atelier

Etalé sur une période de dix-huit mois, le Projet FAO de l’ATIBT a eu pour objectif de structurer et renforcer les capacités de plaidoyer du secteur privé de la filière bois relatif aux projets de textes règlementaires et documents liés au Système Informatique de Vérification de la Légalité et de la traçabilité (SIVL). Il a été exécuté par l’ATIBT dans le cadre de la mise en œuvre du programme FAO UE FLEGT sponsorisé par l’Union européenne, les gouvernements suédois et britannique ainsi que la FAO.
Au terme de cet atelier tous les intervenants ont exprimé leur satisfecit quant aux résultats atteint par ce projet. Au nombre des actions réalisées on peut noter, entre autres, que 80% des sociétés forestières et industrielles ont reçu les informations sur les textes règlementaires et les documents liés au Système Informatique de Vérification de la Légalité et de la traçabilité (SIVL). Par ailleurs quatre sociétés forestières (Likouala Timber, Taman industries, Sicofor, Sefyd) peu impliquées dans le processus APV ont été visitées et informées sur le processus APV. De plus, 60% des sociétés forestières et industrielles ont participé aux activités de sensibilisation et de concertation concernant les projets de textes réglementaires et les documents de personnalisation du SIVL. En outre, l’élaboration de la veille réglementaire et informationnelle et la publication sur internet d’au moins 10 informations sur le projet.
Parmi les leçons à tirer, a l’issue de la mise en œuvre du projet, la Coordinatrice adjointe des programmes FLEGT REDD CERTIFICATION à l’ATIBT, Mme Maylis BORELLI, a souligné le besoin d’une représentation du secteur privé à Brazzaville qui va animer et structurer la participation des entreprises et centraliser leurs contributions. En effet, bien qu’un certain nombre d’entreprises aient un siège dans la capitale, les décideurs et hommes de terrain sont dispersés dans le pays. Ce qui rend souvent difficile leur déplacement sur Brazzaville en vue d’assister aux réunions des parties prenantes. Une autre approche évoquée par Mme Maylis BORELLI, c’est celle consistant, pour plus d’efficacité, de regrouper les opinions et la voix du secteur privé afin d’éviter les actions trop individuelles qui peuvent disperser les efforts dudit secteur. Toutefois, a indiqué la représentante de l’ATIBT, son organisation mènera jusqu’en juin 2020, à travers le Projet FLEGT IP (financé par l’UE et le Programme de promotion de l’Exploitation Certifiée des Forêts) encore en cours, une facilitation du secteur privé dans le processus de mise en œuvre de l’APV-FLEGT en République du Congo.
De son côté, le Chargé de Programmes à la FAO, M. Thechel EKOUNGOULOU, a déclaré que la mise en œuvre de ce projet a été un grand pas dans la prise des décisions participatives auprès du secteur privé pour accompagner l’APV au Congo. Tout en reconnaissant que beaucoup reste à faire, M. Thechel EKOUNGOULOU a rassuré la partie congolaise quant à la disponibilité de la FAO à poursuivre son assistance auprès des institutions nationales pour renforcer la gouvernance des ressources forestières dans sa globalité.
Pour sa part, le Conseiller juridique et administratif du Ministre de l’Economie Forestière, M. Christophe Guy Bienvenu BABELA a appelé l’ATIBT à continuer de servir d’interface avec les sociétés forestières notamment en les stimulant dans le processus du SIVL mis en place.


Auteur : Bienvenu LOUZOLO

Juillet - 2020
D L M M J V S
  01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31