MEFDD  »  Actualité
Actualité
17.03.2021

Rosalie MATONDO et Martin DESFONTAINES signent une convention de partenariat pour la plantation des forêts Batéké

La Ministre de l’Economie Forestière, Rosalie MATONDO et le Directeur Général du groupe pétrolier français Total EP Congo, Martin DESFONTAINES ont procédé, le 12 mars 2021, à Brazzaville en présence du Ministre d’Etat, Ministre du Commerce, des Approvisionnements et de la Consommation, Alphonse Claude NSILOU, représentant le Premier ministre, des cadres du Ministère de l’Economie Forestière ainsi que ceux du groupe Total, à la signature de la convention de partenariat pour une opération de boisement portant sur la plantation d'une nouvelle forêt de 40.000 hectares sur les plateaux Batéké.


Rosalie MATONDO et Martin DESFONTAINES après la signature de la convention

 

La forêt plantée constituera un puits de carbone de plus de 10 millions de tonnes de CO2 séquestrées sur 20 ans, qui seront certifiées sous les standards VCS (Verified Carbon Standard) et CCB (Climate Community and Biodiversity). L'opération, financée par Total, inclut des cultures agroforestières développées avec les populations locales pour des productions agricoles et de bois énergie durable. L'opération est conçue pour produire de multiples bénéfices sociaux, économiques et environnementaux. La plantation d'Acacia mangium et auriculiformis sur des plateaux sableux exposés à des feux de brousse récurrents va créer un environnement forestier qui permettra, à terme, d'accroître la biodiversité des écosystèmes. Ces activités, créatrices d'emplois, impacteront positivement plusieurs milliers de personnes. Un fonds de développement local (FDL) soutiendra des actions au bénéfice des villages riverains dans les domaines de la Lefini.Cet accord conclu entre ces deux parties est le premier du genre dans la sous-région. Il constitue un engagement très poussé pour la valorisation multi usage des forêts. Et la lutte contre le changement climatique prend une ère nouvelle à travers notamment la construction des puits de carbone dans réserve de la Léfini. « C’est la première plantation de capture de Co2 qu’on va faire sur la planète » a déclaré Martin DESFONTAINES. Et le choix du Congo se justifie, a expliqué le Directeur Général de Total EP Congo, par sa longue expérience acquise en matière de reboisement.« Avec ce projet sur les plateaux Batéké, Total s’engage dans le développement de puits naturels de carbone en Afrique. Ces activités complètent les actions prioritaires prises par le groupe pour d’abord éviter puis réduire les émissions, conformément à notre ambition d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Elles contribuent par ailleurs à mettre en valeur le potentiel naturel du Congo et à élargir durablement notre partenariat avec le pays, où Total est présent depuis 50 ans,» a déclaré Nicolas Terraz, Directeur général Afrique, Exploration-Production chez Total.« Nous souhaitons développer ces projets aux côtés de partenaires reconnus, comme Forêt Ressources Management (FRM), dont nous avons beaucoup à apprendre, et en dialogue avec les territoires, afin d’ancrer notre engagement dans le temps long et de contribuer au développement local, » a ajouté Adrien Henry, directeur Nature Based Solutions chez Total.Le 03 novembre 2020, le Gouvernement avait consenti à la société FOREST NEUTRAL CONGO en sigle FNC un bail emphytéotique qui portait sur près de 70.000 ha avec possibilité de sous location. Dans le cadre de la valorisation de cette réserve foncière de l’Etat donné à bail, FNC s’est engagée à sous-louer 55.000 ha à la société TNBS, filiale du Groupe Total qui sera représentée par une société de droit congolais dénommée Congo Forest Compagny en sigle CFC.« Les réserves foncières des plateaux Batéké au Congo sur plus de 10 millions d'hectares offrent un formidable moyen de lutte contre le changement climatique au niveau de la planète, et une opportunité de développement socio-économique durable unique pour le pays, dans des zones pourtant isolées, » a ajouté Bernard Cassagne, Président-directeur général de Forêt Ressources Management. « Cette action ambitieuse et exemplaire s’inscrit dans le cadre du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (PRONAR) lancé en 2011 pour augmenter la superficie forestière nationale et accroitre la capacité de stockage de carbone ; créer de nouvelles filières pour la diversification de l’économie nationale ; et faire émerger une économie verte en République du Congo, » a conclut Rosalie MATONDO, Ministre de l’Économie Forestière de la République du Congo. Ce projet porteur de nombreux espoirs, augure une ère nouvelle de la collaboration entre le Gouvernement de la République et le groupe Total, dans un contexte autre que l’exploitation pétrolière, corroborant ainsi le défi majeur de la diversification de notre économie. «  Il s’agit là d’une opportunité à saisir dans un contexte où le gouvernement s’est engagé de manière irréversible à mécaniser l’agriculture, gage de la diversification de notre économie et de l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire dans notre pays », a estimé la Ministre de l’Economie Forestière.Avec la mise en œuvre de ce projet, a indiqué Rosalie MATONDO, on assistera au développement local et à la création de milliers d’emplois. 1200 emplois directs et 200 emplois indirects, c’est le nombre d’emplois que va générer le projet pour un investissement de 250 millions de dollars américains soit 150 milliards de FCFA.Ce projet s’étendra sur 35 ans avec un examen périodique tous les 5 ans. Il permettra, entre autres, le ravitaillement de Brazzaville en produit agricole tout en contribution à la réduction des gaz à effet de serre.   Les activités sont liées à la mise en place et la valorisation de 2.000 ha de plantations agroforestières pour la production du manioc et du bois énergie destinés au ravitaillement de la ville de Brazzaville et 38.000 ha de plantation forestière à base d’acacia. A l’horizon 2040, l’exploitation responsable, en futaie jardinée (traitement des forêts qui vise à imiter la nature en mélangeant pied-à-pied plusieurs espèces, d’âges différents), favorisera la régénération naturelle d’essences locales et alimentera Brazzaville et Kinshasa en sciages et contreplaquésLa séquestration et la valorisation du carbone forestier se fera sur lesdites plantations. Le carbone séquestré sera valorisé sous la forme de réduction d’émissions vérifiées ou d’unité de réductions certifiées des émissions (URCE) en conformité aux dispositions de la loi n°33 du 8 juillet 2020 portant code forestier.

Auteur : Bienvenu LOUZOLO/Lyne MIKANGOU

Avril - 2021
D L M M J V S
  01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30