MEFDD  »  Actualité
Actualité
14.06.2016

Ministère de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement : Henri DJOMBO passe le témoin à Rosalie MATONDO

La passation de service entre M. Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable sortant, et Mme Rosalie MATONDO, Ministre de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement entrante, a eu lieu le 07 mai 2016 à Brazzaville, dans la salle 515 du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération. Cela en présence d’un Représentant de la Présidence de la République et des différents cadres et agents de ce Ministère, venus nombreux.


Une vue des participants

Après la passation des consignes les deux Ministres posent pour la postérité

La passation de service a commencé d’abord par la lecture de la synthèse du rapport moral marquant l’œuvre du Ministre sortant M. Henri DJOMBO, à la tête de ce Ministère pendant dix huit  ans environ. Un rapport présenté par son dernier Directeur de Cabinet M. Michel ELENGA. Tout en indiquant la place de leadership mondial qu’occupe maintenant la République du Congo en matière de gestion durable des forêts et de la biodiversité, ce rapport retrace les réalisations et projets en cours . Cela concerne effectivement les Directions générales, les Directions rattachées au Cabinet, l’Inspection générale et les Directions des organismes sous tutelle. 

Après la présentation de la synthèse du rapport moral par le Directeur de Cabinet sortant M. Michel ELENGA, le Ministre de l’Economie Forestière  et du Développement Durable sortant, Monsieur Henri DJOMBO, dans son mot de circonstance, a retracé succinctement et précisément les progrès réalisés par le Congo  dans le domaine de l’Economie forestière de 1998 à 2016, pendant sa gouvernance. 

Avant de citer quelques acquis et progrès réalisés pendant cette période, il a notifié à son successeur que la forêt est un patrimoine vivant et évolutif. Sa gestion est constamment influencée par la conjoncture nationale et internationale. Ce qui contraint au renouvellement des actions, de politique et  de législation. Les cadres n’étant pas souvent en nombre suffisant et en qualité requis, la gestion de ce département devient dans ces conditions un véritable fardeau. Il se pose l’impératif de renouvellement des ressources humaines, des instruments de gestion et de disposer surtout des finances, a prévenu le Ministre sortant à son successeur

Au-delà de ces contraintes, M. Henri DJOMBO a révélé que le Congo connait un début d’écotourisme au Parc National  d’ODZALA KOKOUA, grâce aux investissements privés. Des initiatives similaires se poursuivront dans d’autres Parcs nationaux. Le Congo a intégré des initiatives internationales comme REDD+ et APV –FLEGT. Les projets de nouvelle politique forestière, de nouvelle loi portant régime forestier et de la Stratégie Nationale de Développement Durable, seront bientôt déposés sur la table du gouvernement. La stratégie nationale de lutte contre l’exploitation illégale et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore en cours d’élaboration, est très avancée. En terminant de préférence par le projet de construction du nouveau siège du Ministère de l’Economie Forestière, le Ministre sortant a dit à son successeur : «Enfin, nous vous laissons surtout la notoriété internationale du Congo en matière de gestion durable des forêts que vous allez pouvoir gérer». 

Ne pouvant pas citer tous les projets laissés parce que la liste est très longue, M. Henri DJOMBO a révélé par ailleurs, quelques chiffres témoignant les progrès réalisés dans ce domaine, pendant dix huit ans, de 1998 à 2016. Par exemple, la production grumière est passée de 500.000m3 à 1.700.000m3. Celle de sciage de 69.000m3 à 359 000m3. La production de contreplaqués est passée de 3900m3 à 28000m3.

En matière d’aménagement forestier, pendant la même période, le Congo est passé de zéro (0) hectare à 5.600.000 hectares de forêt aménagée dont 4.000.000 hectares disposent d’un plan d’aménagement et 2.500.000 hectares ont la certification FSC, soit 32% des forêts mondiales certifiées. Le FSC, étant l’un des standards les plus rigoureux au monde. En matière de conservation, le Congo est partit de 1.700.000 hectares à 4.500.000 hectares d’aires protégées pendant la même période. Enfin, le Ministre Henri DJOMBO a dit être très disposé à soutenir son successeur au niveau du gouvernement.

La Ministre entrante, Mme Rosalie MATONDO quant à elle, a dit que son émotion est grande du fait de poursuivre l’œuvre laissée par une icône. Pour cette raison elle a ajouté qu’elle n’hésiterait pas de lui demander conseil en cas de besoin.

Notons que Mme Rosalie MATONDO n’est pas étrangère dans ce département. Pour avoir occupé pendant cette période, successivement les fonctions de Directrice du Service National de Reboisement (SNR), de Coordonnatrice du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR) et aussi de Conseillère en Economie Forestière Développement Durable et Environnent, chargée de la Qualité de la vie du Président de la République Denis SASSOU- NGUESSO. Enseignante à l’Université Marien NGOUABI, Mme Rosalie MATONDO connait certainement bien les hommes et certains grands dossiers de ce Ministère, pour avoir participé aux ateliers, travaux des experts et géré des dossiers importants de l’Economie Forestière.

Auteur : Hubert Serge BINKOUNDA

Décembre - 2018
D L M M J V S
  01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31