MEFDD  »  Forêt et Dév. Durable  »  Développement Durable  »  Economie Verte
Economie Verte

Ecologie : Ruffin Eugène Thomas ONZE, Directeur Général de la Société 3Hommes Energy présente à la Ministre Rosalie MATONDO, le projet « Efficacité Energétique ».



M. Ruffin Eugène Thomas ONZE, Directeur Général de la société 3Hommes Energy est venu rencontrer Mme Rosalie MATONDO, Ministre de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement dans son cabinet de travail, ce 05 juillet 2016,  pour discuter avec elle de son projet « Efficacité Energétique » et lui présenter les luminaires écologiques produits par sa société.

Le Directeur Général de 3Hommes Energy,  est venu expliquer à Mme Rosalie MATONDO, son apport ou sa contribution  à l’effort de réduction  des gaz à effet de serres émis  par le Congo, en  présentant les produits lumineux écologiques de son entreprise. La société 3Hommes Energy, évolue  dans le secteur de la production de l’énergie écologique. Elle est spécialisée  entre autres dans la fabrication des luminaires écologiques tels que les ampoules et néons couramment appelés réglettes. Ces produits ne consomment pas assez d’énergie, ne chauffent pas et pour le néon il n’émet pas de substances toxiques comme le néon ordinaire. L’ampoule et le néon écologique consomment  vingt fois moins que l’ampoule à Filimon et la réglette traditionnelle.

La démonstration faite par M. ONZE montre que de façon générale, la tension électrique  au Congo est de 220 watts et la fréquence est de 50 hertz. Lorsqu’on allume une ampoule traditionnelle, sa consommation est de 155 watts/heure et son ampérage est de 0,38 ampères. Alors que lorsqu'on allume une ampoule écologique sa consommation est de 10 watts et son ampérage est de 0,05 ampères. Ces ampoules et néons sont vendus au prix unique de 2500 francs CFA. La production  mensuelle  de ces produits est  de 10.000 ampoules. Grâce à la vulgarisation, 3Hommes Energy arrive à écouler  80% de sa production mensuelle.

En plus de la production des luminaires 3Hommes Energy a plusieurs réalisations dans son actif. Nous pouvons citer l’électrification  du district de Ngoko à partir d’une centrale thermique, l’électrification  du village de Mbandia à l’aide de l’énergie solaire. Entre  Oyo et Loukoléla, l’entreprise a installé  une centrale solaire de 15 kilowatts. 3HOMMES Energy a aussi aidé les grands consommateurs à réduire leur capacité de consommation en leur proposant des ampoules écologiques. Actuellement il travaille sur le bilan énergétique du Congo.

La société  doit former 200 jeunes pour l’emploi en électricité associé à la technique électronique. Actuellement 50 jeunes sont en formation. La formation est sponsorisée par la Fondation Perspectives d’Avenir.

 

Arsène YENGUITTA

Recommandations de la 6ème édition du Forum International Green Business



 

A la suite des débats dans les tables rondes, ateliers et plénières, et au terme des travaux de la 6ème édition du Forum International Green Business qui s’est tenu du 19 au 21 mai 2015 à Pointe – Noire, les participants ont formulé les recommandations suivantes :

 

 

  • A l’Union Africaine : promouvoir l’Agenda 2063 auprès des jeunes, des femmes et des acteurs de développement.
  • A la CEEAC : promouvoir le système de l’Economie Verte en vue de sa meilleure appropriation par toutes les parties prenantes dans chaque Etat membre.

          Faire la promotion du Forum International Green Business dans les Etats                 membres.

  • Au Gouvernement Congolais : adoption d’une loi d’orientation sur le Green Business au Congo.
  • A la Chambre Consulaire de Pointe – Noire : mise en place d’un Comité de suivi des recommandations.

                                                                      Fait à Pointe – Noire, le 21 mai 2015

 

 

                                                                      Les participants

7ème édition du Forum International Green Business de Pointe-Noire: Les jalons du rendez-vous déjà posés.



D.S. MAVOUENZELA, Président du Comité d'organisation du FIGB

A quelque quatre mois de la tenue de la 7ème  édition du Forum international Green Business de Pointe-Noire, les axes majeurs de l’événement sont peaufinés.

Les 17, 18 et 19 mai  prochains, Pointe-Noire  revêtira ses habits de place  sous régionale  de l’Economie Verte. La deuxième ville de la République du Congo  va en effet accueillir la 7ème  édition du Forum International Green Business(FIGB) à l’hôtel Elaïs  sur le thème : «Comment l’innovation et la technologie peuvent-elles favoriser le développement de l’Economie Verte en Afrique subsaharienne ? ». 

Fidèle à sa marque de fabrique consolidée édition après édition, 2016 portera un regard multidimensionnel sur la question. Une position illustrée par la diversité des thématiques adoptées : l’énergie, l’urbanisme, l’agriculture, l’entrepreneuriat, le climat, l’art, l’artisanat et la culture, l’innovation et la technologie, le financement. Une mission commerciale enrichira l’offre FIGB en cours de préparation.

L’ambition d’un regain de visibilité a conduit le comité d’organisation à se doter d’outils de communication les plus divers. Outre un site dédié (www.figb-pnr.com), le forum a fait le pari des réseaux sociaux : Twitter (Twitter.com/forumpointe), facebook  (www.facebook.com/EconomieVerteAuCongoForumGreenBusiness) et linkedin (www.linkedin.com/in/cciampnr ).

Des avancées

Crée  en 2010 pour explorer un modèle économique alternatif au paradigme chargé de périls sur l’équilibre de l’environnement, ce cadre d’échanges  et de concertation peut aujourd’hui se prévaloir d’un parcours fructueux, marqué notamment par une série d’avancées : son institutionnalisation  par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale ; la  création du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale, la mise en place par la CEEAC  du Programme d’Appui au Développement de l’Economie Verte en Afrique Centrale(PADEVAC) . 

Au rang des fruits engrangés, il faut également ajouter  la mise en place d’un cluster pour la valorisation des déchets au Congo, le lancement de l’Ecole Supérieure de Commerce et d’Industrie du Congo(ESCIC) avec un master en HQSE (Hygiène, qualité, sécurité et environnement).

L’actualité économique mondiale, qui met l’accent  pour la recherche de relais de croissance pour faire face aux défis d’une époque tourmentée, plaide de plus en plus pour la poursuite de cette réflexion. Occasion pour les sponsors-entreprises, institutions d’appuyer une démarche qui sera bénéfique pour tous.

 

Christian MASSAMBA


Green Business 2015 : la REDD+ confirme son statut de pilier de l’économie verte



Une vue du présidium à l'ouverture.

La 6ème édition du Forum International sur l’Economie Verte, dite Green Business, organisé à Pointe-Noire, du 19 au 21 mai 2015, a été une opportunité fortuite pour la Coordination Nationale REDD d’y participer pour donner de la visibilité aux actions du processus REDD+ telles qu’elles sont menées en République du Congo, dans le cadre de la contribution de ce pays aux changements climatiques. Ce fut également une occasion pour ce processus de confirmer son statut de pilier de l’Economie Verte.

Sur initiative de la Chambre de commerce de Pointe-Noire, cette 6e édition de Green Business qui a eu pour thème « investir dans l’économie verte en Afrique Centrale pour inventer demain : cas de l’économie du reboisement au Congo » a été placée sous la haute autorité de M. Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable.  Les autres personnalités remarquées à ce Green Business 2015 ont été Mme Rosalie MATONDO, Conseiller à la Présidence, Chef du Département de l’Economie Forestière, du Développement Durable, de l’Environnement et de la Qualité de la vie, Coordonnatrice du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR), M. Raphael MOKOKO, Ministre délégué auprès du ministre d’Etat chargé de l’Economie, des Finances, du Plan, du portefeuille public et de l’Intégration, ainsi que les représentants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et de l’Union Africaine.

La participation de la Coordination Nationale REDD à ce forum s’est faite à deux niveaux. D’abord, la participation aux activités de la conférence (à travers les tables rondes, atelier et plénières) avec au final, la présentation du thème intitulé le lien entre le processus REDD+ et l’économie verte par Monsieur Hugues KOUDIMBILA, chef de la Cellule Information, Education et Communication (IEC) à la Coordination Nationale REDD. Ensuite, l’animation du stand REDD+ au cours de laquelle des supports de communication portant des messages précis ont été présentés aux visiteurs, sans oublier les échanges qui ont eu lieu sur place, autour des préoccupations des participants au dit forum.
Présentation de la REDD+ au Forum Green Business 2015

M. Hugues KOUDIMBILA, chef de la Cellule IEC à la CN-REDD a fait sa présentation sur le lien entre le processus REDD+ et l’économie verte, l’un des trois sous-thèmes retenus dans le cadre de la plénière 3 consacrée à la Présentation des programmes et initiatives du secteur public en faveur de l’économie verte.

Animée par la journaliste Carine Michelle OYOMA, cette plénière a connu également la participation du ProNAR qui a été présenté par le docteurr François MANKESSI, superviseur des opérations techniques au ProNAR, et du Système d’information pour la gestion forestière et le développement durable (SIFODD) présenté par Madame Laeticia NKAKOU, Coordonnatrice du projet.

La présentation de la Coordination Nationale REDD sur le lien entre le processus REDD+ et l’économie verte a permis de montrer aux participants le rôle fondamental de REDD+ dans l’économie verte, en tant qu’outil de développement durable et pilier de l’économie verte. Aussi, ce lien entre la REDD+ et l’économie verte est-il le reflet d’une évidence, en ce sens que le respect et la conservation de l’écosystème forestier permet de garantir les avantages ou bénéfices carbone (crédits carbone) et non carbone (produits forestiers non ligneux et payements des services environnementaux) en République du Congo. Pour ce faire, la zone forestière des départements de la Sangha et de la Likouala, qui représente le plus grand couvert forestier national, entre dans le cadre d’un projet de réduction des émissions (ER-Programme) pour lequel la Coordination Nationale REDD travaille afin de permettre à la République du Congo de prétendre au ER-PA qui est un programme d’achat de crédits carbone.

La curiosité des participants a été traduite par des questions posées au représentant de la REDD+ (le chef de la Cellule IEC), tant dans la salle, à l’issue de sa présentation, que dans les couloirs, notamment sur l’accès aux financements, conformément à l’outil stratégique et technique « Financements publics et privés affectés à la REDD+ », ainsi que sur la taxe carbone et la propriété des crédits carbone.

Animation du stand REDD+ au Forum Green Business 2015

La Coordination Nationale REDD a participé activement aux expositions organisées dans le cadre de ce Green Business 2015. A cet effet, un stand REDD+ a été installé à côté de ceux des entreprises et associations suivantes : Congo Terminal, Bolloré, BGFI Bank, La Société Générale, Total E&P Congo, GRHIF, l’ Agence de Promotion des Investissements, Loango Environnement, TECOR, Brasco, BUROTOP, Télé Congo, CIB, ARC, ENR, OFIS, APNI, ProNAR, HELP Congo, Cosmetic Congo, RENATURA, SNR, MASCO, Top TV, Association des Artisans.

Quelques outils de communication (t-shirts, dépliants, feuilles de liaison, R-PP, kakémonos, affiches, photos) ont été présentés dans ce stand aux nombreux participants qui l’ont visité. Les différentes éditions de feuilles de liaison, le dépliant sur le processus REDD+ et le R-PP (ou Plan de préparation à la REDD+) ont suscité de l’engouement auprès du public. Une attention particulière a été portée sur le dépliant REDD+ et sur les trois (3) éditions du R-PP (français, lingala et kituba) qui, aux yeux de certains visiteurs, constituent une bonne initiative pour la sensibilisation.

Ce stand a été visité par près de 400 personnes dont certaines grandes personnalités n’ont pas manqué d’exprimer leur sentiment sur REDD+. C’est le Monsieur Henri Djombo, ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, qui a eu à saluer le processus REDD+ pour toutes les actions entreprises dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques et la pauvreté. Il a également félicité la Coordination Nationale REDD d’avoir su maintenir son omniprésence à ce forum international Green Business ces dernières années.

Pour plus d’éclaircissements, certains de ces visiteurs ont posé plusieurs questions aux animateurs du stand, entrainant parfois des échanges passionnés mais fructueux, pour comprendre le rôle du processus REDD+ comme contribution de la République du Congo à la lutte contre les changements climatique ; les questions liées aux crédits carbone, le soutien à apporter aux promoteurs de projets REDD+, etc.

Le Green Business restera donc une opportunité pour REDD+, d’abord pour mieux assurer son approche communicationnelle auprès des parties prenantes, ensuite pour que ce processus soit bien compris et relayé tant au niveau national qu’international à partir des messages diffusés par les animateurs de ce processus cher au pays.

 

Hugues KOUDIMBILA 


Clôture de la 6ème édition du Forum International Green Business : Faire passer le concept de l’Economie Verte du rêve à la réalité.



La photo de famille des participants à la cloture de la 6 ème édition du FIGB.

 Déclare Didier Sylvestre MAVOUENZELA, Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de la ville de Pointe Noire.

Allumés le mardi 19 mai à Pointe Noire, les lampions de la 6ème édition du Forum International Green Business, se sont éteints le jeudi 21 mai 2015 à Pointe Noire, sous le patronage de M. Michel ELENGA,  Directeur de Cabinet du Ministre de l’économie forestière et du développement durable, et en présence de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Sud-Africaine au Congo

Il y a lieu de le rappeler, cette 6ème édition Co organisée par la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe Noire, la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale, le Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, le Réseau des Entreprises d’Afrique Centrale pour l’Economie Verte, l’Association Pointe Noire Industrielle, ainsi que la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones, sans oublier l’appui de plusieurs partenaires techniques et financiers, s’est tenue sous le thème : Investir dans l’Economie Verte en Afrique Centrale pour inventer demain. Cas de l’économie de reboisement au Congo.

Ce thème, a déclaré M. Michel ELENGA, Directeur de Cabinet du Ministre Henri DJOMBO, dans son allocution de clôture, s’inscrit dans le cadre de la politique de développement durable du Gouvernement, sous l’impulsion de son Chef, le Président Denis SASSOU N’GUESSO. Cette 6ème édition a-t-il poursuivi, «est une occasion de plus d’échanger sur les pratiques, les opportunités et les thématiques liées à la promotion de l’Economie Verte en Afrique Centrale. Une occasion aussi de sensibilisation sur la participation à la COP 21 sur les changements climatiques».

Estimés à cinq cent, les participants à ce forum international, étaient composés des représentants du secteur privé, du secteur associatif, des organisations professionnelles intermédiaires, des ministères sectoriels du Congo, de la Représentation nationale, des chercheurs, des journalistes, des collectivités locales et des consultants, sans oublier les représentants de l’Union Africaine, de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale, des Organismes du système des Nations Unies, de la Banque Mondiale et de l’Agence Française de Développement.

Les temps forts de cette 6ème édition, se résument à la projection de la profession de foi du Président Denis SASSOU N’GUESSO sur l’Economie Verte et l’affirmation de son soutien au Forum International sur le Green Business, que les participants ont suivi avec une attention très soutenue. La signature des accords entre le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe Noire, et cinq responsables des associations, porteurs de projets verts, en vue de leur mise en œuvre. Les recommandations, résolutions et prises de position des participants. Les différentes tables rondes, ateliers et plénières au cours desquels des thèmes ont été développés, des multitudes de questions ont été posées, des contributions apportées, le niveau des débats interactifs, les échanges fructueux, ont fait dire au Directeur de Cabinet du Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, que les objectifs de cette 6ème édition ont été atteints.

A propos, les objectifs visés consistaient à : sensibiliser les acteurs de la société civile, les secteurs public et privé, à l’Economie Verte, servir de cadre d’échange entre les partenaires techniques et financiers et les porteurs de projets verts, favoriser l’échange de bonnes pratiques pour accélérer le développement de l’Economie Verte, rappeler l’engagement des Gouvernements des pays de l’Afrique Centrale à soutenir l’Economie Verte, inciter les entrepreneurs et les acteurs de la société civile à s’engager dans l’Economie Verte, identifier et assurer les financements privés aussitôt pour développer l’Economie Verte.

Au terme de leurs travaux, les participants ont formulé des recommandations, motions et prises de position. A l’Union Africaine par exemple, elle doit promouvoir l’Agenda 2063 auprès des jeunes, des femmes, et des acteurs de développement. A la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale, elle doit promouvoir le système de l’Economie Verte en vue de sa meilleure appropriation par toutes les parties prenantes dans chaque Etat membre, faire la promotion du Forum International dans les Etats membres. Au Gouvernement Congolais, d’œuvrer à l’adoption d’une loi d’orientation sur le Green Business au Congo. A la chambre Consulaire de Pointe Noire, d’œuvre à la mise en place d’un Comité de suivi des recommandations.

De ces recommandations formulées, le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, a déclaré dans son allocution de clôture qu’elles devront être traduites en actes concrets, aussi bien au niveau de la CEEAC, en tant que tutelle de ce forum, ainsi qu’à celui des Gouvernements et du secteur privé.

Pour le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe Noire, M. Didier Sylvestre MAVOUENZELA, il s’agit maintenant de faire passer le concept de l’Economie Verte du rêve à la réalité. Et pour y arriver précise-t-il, il faut œuvrer sans relâche à l’application des recommandations et résolutions adoptées, en menant des actions de lobbying afin que l’Economie Verte impacte positivement sur les conditions de vie des populations. L’accélération dans ce domaine a-t ’-il ajouté, viendra de la contribution par les entreprises d’un capital naturel qui peut être entre autre constitué de forêts, de zones humides ou de bassins fluviaux.

Tout en remerciant le Gouvernement et son Chef, le Président de la République pour son engagement qui a rendu possible la tenue de cette 6ème édition, les autorités locales, l’Union Africaine et la CEEAC, Didier Sylvestre MAVOUENZELA a annoncé la tenue de la 7ème édition du Forum International  Green Business pour les dates du 17-18 et 19 mai 2016 à Pointe Noire.

La cérémonie de clôture de cette sixième édition du Forum International Green Business, a été ponctuée par la lecture d’une motion de soutien au Président Denis SASSOU N’GUESSO pour son engagement dans l’amélioration des écosystèmes forestiers du Congo et la lutte contre les changements climatiques, à travers le lancement en 2011, du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR). A travers cette motion, les participants ont également sollicité du Président Denis SASSOU N’GUESSO,  qu’il informe la communauté internationale lors de la COP 21, sur la volonté de l’Afrique Centrale à lutter contre les changements climatiques. Enfin, qu’il exhorte ses pairs de l’Afrique Centrale, à s’engager davantage dans le financement du démarrage du FEVAC.

Deux autres motions ont été lues au cours de cette cérémonie de clôture : celle relative aux remerciements à la Représentante de l’Union Africaine, et des journalistes ayant assuré la couverture de cet évènement.


Auteur : Aurélien – Després TATY, envoyé spécial de la DCV-MEFDD au FIGB   


6ème édition du Forum International sur le Green Business : verdir l’empreinte carbone en investissant dans les plantations forestières ou agro-forestières



Le Ministre H.DJOMBO avec à ses cotés le prefet PAKA, H TABUNA de la CEEAC, le Maire Bouity Viando et le Président du FIGB, MAVOUENZELA.

Les lampions de la 6ème édition du Forum International Green Busines se sont allumés le 19 mai 2015 à Pointe Noire. Cette cérémonie d’ouverture a été placée sous le patronage  du Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, M. Henri DJOMBO, assisté du Préfet du Département de Pointe Noire, M. Alexandre Honoré PAKA, du Représentant de la CEEAC, M. Honoré TABUNA, du Député Maire de la ville de Brazzaville, M. Roland BOUITY-VIAUDO, du représentant de l’Union Africaine M. Elvis Paul N. TANGEM et du Président de la Chambre de Commerce d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe Noire, M. Didier Sylvestre MAVOUENZELA.

Co-organisé par le Gouvernement Congolais (Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale, la Chambre de Commerce d’industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe Noire, l’Association Pointe Noire Industrielle et la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones, avec l’appui des partenaires techniques et sponsors officiels, cette 6ème édition du Forum International Green Business a pour thème : « Investir dans l’Economie Verte en Afrique Centrale pour inventer demain : Cas de l’Economie du Reboisement au Congo ».

Près de cinq cent participants parmi lesquels des Chefs d’entreprises, décideurs politiques, chercheurs, organisations de la société civile, et représentants des administrations publiques et privées, font au fil des éditions,  du Forum Green Business  un espace dynamique d’échanges d’expériences, en vue d’identifier les sources potentielles de financements nécessaires à la promotion et au développement du secteur vert d’Afrique  Centrale.

En vue de permettre aux participants d’appréhender le bien-fondé de la thématique de cette 6ème édition du Green Business, le Ministre Henri DJOMBO a, dans son allocution d’ouverture, rappelé à son auditoire qu’à Rio + 20, les pays ont adopté l’économie verte comme un moyen de diversification économique pour atteindre le développement durable. L’Union Africaine a entériné cette décision et l’Afrique est appelée à se conformer à cette exigence si elle veut maîtriser son avenir. Ainsi, le verdissement des économies nationales se fait sur la base d’une industrialisation moins émettrice de gaz à effet de serre, moins productrice de déchets, peu consommatrice d’énergie et de matières premières. Dans ce cadre, de nombreux projets s’exécutent en Afrique dans différents domaines d’activités, en particulier l’énergie, la construction, les forêts, l’assainissement, le tourisme, l’agriculture, et partout ailleurs.

Le Ministre DJOMBO a attiré l’attention de son auditoire en déclarant par la suite que les programmes de développement des secteurs émergents comme les mines et les hydrocarbures, doivent être particulièrement suivis, à cause de leur impact négatif sur l’environnement. C’est dans cet ordre d’idées qu’il a invité les différents secteurs émissifs de GES (pétrole, industries, transports, mines) à verdir leur empreinte carbone en investissant dans les plantations forestières ou agro-forestières. Voilà pourquoi a-t-il poursuivi, les pays doivent s’acheminer vers une transformation structurelle de leurs économies, en imposant la transformation in situ des ressources naturelles et en permettant ainsi de créer une valeur ajoutée plus grande, des emplois décents et une croissance inclusive.

Parlant de l’économie de reboisement, le Ministre de l’économie forestière et du développement durable a fait référence au lancement le O6 novembre 2011, par le Président de la République, du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR), visant la mise en place d’un million d’hectares de plantations à objectifs divers et variés, sur une période de dix ans. Cette vision écologique du Président de la République montre la voie à suivre pour l’émergence de l’économie verte appliquée à la foresterie, en particulier au reboisement comme une filière dont la contribution à la diversification industrielle et économique, à la lutte contre les changements climatiques, à celle contre la pauvreté et à la création d’emplois décents doit être développée.

La 6ème édition du Forum Green Business a conclu le Ministre DJOMBO, doit permettre de sensibiliser et de mobiliser les entreprises afin de les amener, dans le cadre de la responsabilité sociétale, à créer des plantations forestières, d’identifier les sources de financements nécessaires à notre politique de reboisement, favoriser l’échange des pratiques innovantes pour accélérer le développement de l’économie verte, inciter à une plus grande implication des entrepreneurs et de la société civile dans le Forum pour ancrer l’économie de reboisement dans le paysage local, promouvoir l’entrepreneuriat social comme vecteur du développement de l’Economie de reboisement, accentuer la dimension régionale du Forum pour sensibiliser un maximum d’acteurs à l’Economie Verte. 

Pour marquer sa fidélité et son soutien à cet évènement à la fois politique, diplomatique, écologique, social, économique et financier ainsi que promotionnel pour le Congo en général et la ville de Pointe Noire en particulier, la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), a fait entendre sa voix par l’intermédiaire de son délégué, M. Honoré TABUNA, représentant du Secrétaire Général, l’Ambassadeur Ahmad ALLAM-MI.

Dans son mot de circonstance, M. Honoré TABUNA s’est réjoui du choix du thème de cette 6ème édition. Ce thème a-t’il dit, tombe à point nommé pour la République du Congo qui a choisi d’être leader de cette économie verte en Afrique centrale. La République du Congo a affirmé ce leadership en portant son choix sur le Programme de Développement de l’Economie de Reboisement choisi parmi les dix programmes sectoriels prioritaires présentés aux dix Etats membres de la CEEAC lors de la Conférence des Ministres de la CEEAC sur le Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale et la transformation structurelle de l’économie des ressources naturelles organisé du 27 au 30 octobre 2014 à Kinshasa en République Démocratique du Congo.

Associée à l’économie du bois, notamment le bois en provenance des forêts naturelles, l’économie de reboisement, est un exemple concret de la diversification de l’économie hors pétrole et hors minerais et de la création d’emplois. Les merveilleuses plantations d’Eucalyptus observées dans le Département du Kouilou et dans le Département du Pool, grâce à l’expertise du Service National de Reboisement (SNR) et du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR), en sont des preuves éloquentes de ce leadership. Le Représentant de la CEEAC a pour la circonstance félicité les autorités congolaises pour l’investissement consenti dans la mise en place des bases pour le développement de cette économie.

Tout en reconnaissant l’expérience et l’expertise avérée de la République du Congo dans ce secteur, Honoré TABUNA justifie ses propos par le potentiel socio-économique et écologique de l’économie de reboisement depuis la production jusqu’à la mise en marché des produits.

C’est pour toutes ces raisons que le Représentant de la CEEAC a reconnu que le Forum International Green Business amorce maintenant son développement vers une véritable entreprise au service des entreprises de l’économie verte.

Son exemple a été abondamment cité lors de la Conférence Internationale sur l’économie verte en Afrique francophone organisée du 4 au 5 mai à Tunis par l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Honoré TABUNA a par la suite déclaré que les regards des participants à ce forum Green Business sont rivés vers la 16ème session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats membres de la CEEAC au cours de laquelle sera signé le Projet de décision portant création du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (FEVAC). Il en sera de même a-t’il ajouté, du projet de décision sur le développement et la promotion du Système de l’Economie Verte en Afrique centrale (SEVAC) dont l’un des outils promotionnels est le Forum International sur le Green Business adopté en mai 2012 à Brazzaville par les Ministres de la CEEAC en charge des Forêts, de l’Environnement et du Développement Durable.

Cheville ouvrière dans l’organisation du Forum International Green Business, M. Didier Sylvestre MAVOUENZELA, Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture et de Métiers de Pointe Noire, a eu voix au chapitre au cours de la cérémonie d’ouverture de cette 6ème édition.

L’Economie Verte que le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) définit « comme une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie des ressources » est de plus en plus reconnue comme une des conditions essentielles pour l’amélioration des conditions de vie des habitants de chaque pays. Le Congo notre pays ne déroge pas à la règle dans ce domaine, a déclaré Didier Sylvestre MAVOUENZELA.

Après avoir constaté que la croissance soutenue de ces dernières années tarde à améliorer la situation de nombre de nos compatriotes, le Gouvernement de la République a retenu l’Economie Verte comme l’un des secteurs de diversification de notre base productive. Mais pour qu’elle porte ses fruits, Didier Sylvestre MAVOUENZELA a déclaré que cette politique impose aux pouvoirs publics, d’une part l’adoption des règles plus favorables et de nouvelles mesures incitatives pour les produits et services écologiques et d’autre part, le verdissement des marchés publics. Pour le secteur privé, cette politique doit être comprise comme une réelle opportunité à saisir dans plusieurs secteurs.

Le Président de la Chambre de Commerce, d’industrie, d’Agriculture et de Métiers de Pointe Noire a par la suite fait référence à un extrait du discours du Président de la République, prononcé le 17 décembre 2009 à Copenhague, à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en ces termes : « le pari que nous devons prendre sur l’avenir, ici à Copenhague, est le pari sur l’émergence toute prochaine d’un nouveau monde. Un nouveau monde qui préservera les écosystèmes avec ferveur. Un nouveau monde qui nous proposera une nouvelle donne et une nouvelle voie : la voie d’une économie plus durable mais aussi plus juste, avec des mesures très concrètes qui devraient commencer à s’appliquer dès à présent ».

Cet important discours du Chef de l’Etat a été considéré par le bureau de la chambre consulaire comme une orientation stratégique que chaque structure se devait d’intégrer dans ses activités. Voilà pourquoi la Chambre de Commerce de Pointe Noire, dans le cadre de sa mission de promotion de l’économie congolaise, a choisi en 2010, de lancer le Forum International Green Business qui est aujourd’hui à sa 6ème édition. Didier Sylvestre MAVOUENZELA a pour la circonstance, traduit toute sa gratitude au Président de la République, pour son orientation stratégique qui a été capitalisée par l’organisation de ce forum international.

L’Union Africaine est également montée au créneau par l’intermédiaire de son représentant, M. Elvis Paul TANGEM qui a également loué l’engagement du Congo et de son Chef d’Etat dans la promotion de l’Economie Verte. Il a dans la foulée rendu hommage au Ministre Henri DJOMBO dont l’expertise est avérée en matière d’économie forestière et de développement durable.

A l’issue de cette cérémonie d’ouverture, le Ministre Henri DJOMBO et toute sa suite, ont procédé à la visite des nombreux stands dans les jardins de l’hôtel Elais qui abrite les travaux de cette 6ème édition. Les participants sont par la suite, rentrés dans le vif du sujet avec la tenue de la première table ronde sur le thème : l’Economie du reboisement au Congo, soutenu par un exposé introductif d’Elvis Paul N. TANGEM sur l’Initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel.

Cette table ronde a été animée par Mme Rosalie MATONDO, Conseillère du de l’Etat et Coordonnatrice du Programme National d’Afforestation et de Reboisement (ProNAR), avec à ses côtés comme intervenants, MM. Elvis Paul N. TANGEM de l’Union Africaine, Jérôme KOUMBA, Directeur Général de GES-ENVIRONNEMENT, Consultant international, et Brice DELAGNEAU, expert en Gestion de l’Environnement et des ressources naturelles, Consultant en développement durable et entrepreneur social, fondateur de l’ONG AMISTAD (Actions pour la Mobilisation des Initiatives et Stratégies d’Aide au Développement).

D’autres thématiques aussi majeures telles que la Présentation du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (FEVAC), ou encore les Financements innovants ont été développées lors des plénière, table ronde et atelier par des intervenants et animateurs à l’expérience avérée, à l’image de Honoré TABUNA de la CEEAC, le Ministre Léon Raphael MOKOKO, Joseph BITALA BITEMO etc., ont suscité de la part des participants des réactions et contributions pertinentes qui font du Green Business une plateforme internationale, un vivier d’échange de compréhension des thématiques émergentes qui va nécessairement impulser le développement de l’Afrique.


Aurélien-Després TATY        

Juillet - 2017
D L M M J V S
  01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 28 29
30 31