MEFDD  »  Forêt et Dév. Durable  »  Gestion forestière  »  Industrie forestière
Industrie forestière

La sous-page "Industrie forestière" présente les articles suivants :


Partenariat MEFDD-PNUD : Atelier de validation de la Stratégie Nationale de distribution du bois transformé au Congo



M.M. Michel ELENGA et Mohamed ABCHIR respectivement Directeur de Cabinet du MEFDD et Représentant-adjoint du PNUD
M.M. Michel ELENGA et Mohamed ABCHIR respectivement Directeur de Cabinet du MEFDD et Représentant-adjoint du PNUD

Le Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a organisé le 15 décembre 2015 à Brazzaville, un atelier de validation du projet de Stratégie Nationale de distribution du bois transformé sur le marché national. Plusieurs experts et divers cadres de différentes de structures de l'Etat ont participé à ces travaux, présidés par M. Lambert IMBALO, Directeur du Service National de Reboisement (SNR).

 

L'ouverture de ces travaux a été patronnée par M. Michel ELENGA Directeur de Cabinet du Ministre de l'Economie Forestière et du Développement Durable et M. Mohamed ABCHIR, Représentant Adjoint du PNUD au Congo.

Dans son message exprimé au nom du Ministre Henri DJOMBO, M. Michel ELENGA a indiqué que cette stratégie vise à rendre le bois transformé disponible en qualité et en quantité suffisante, aussi bien sur le marché local qu'international. Cela grâce à l'amélioration de la chaîne de valeur. Il a ajouté que l'élaboration de cette stratégie découle du constat que la presque totalité de la production industrielle du bois congolais est destinée au marché international. Ce fait occasionne ainsi, le manque de bois d'œuvre sur le marché local, avec son corollaire des coupes artisanales frauduleuses. Cette situation est paradoxale car le potentiel forestier de la République du Congo est estimé à 22.500.000 hectares avec plus de 300 essences forestières.

M. Michel ELENGA a aussi indiqué que selon les études réalisées par les organismes dignes de confiance, il est possible de réaliser un prélèvement en essences forestières de 2 millions de m3 par année au Congo, sans compromettre la pérennisation de la ressource forestière. Il a estimé par ailleurs, que la résolution de la problématique de distribution du bois transformé au Congo, est une question transversale, impliquant aussi les ministères des transports, des travaux publics et bien d'autres.

Le projet de stratégie de distribution de bois transformé en République du Congo, validé à ces travaux, est le résultat d'une étude financée par le Programme des Nations Unies  pour le Développement (PNUD). Réalisée par un consultant, suite à un appel d'offres, cette étude a été menée selon une approche participative, faisant intervenir tous les acteurs de la filière bois, à travers des consultations. Cette démarche a conduit le consultant à proposer en fin de compte un projet en trois parties au Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable : un diagnostic de la filière bois, un document de stratégie et une esquisse de plan d'actions.

 

Par Hubert Serge BINKOUNDA


Industrie du bois : Organisation d’un atelier d’élaboration de la stratégie nationale de distribution du bois transformé au Congo



Le Présidium de l'atelier

La salle des conférences du Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable, a servi de cadre à la tenue, le 08 septembre 2015, d'un atelier de consultation participative relative à l'élaboration de la stratégie nationale de distribution du bois transformé en République du Congo. Cet atelier a été présidé par M. Roger Albert M'BETE, Directeur de la Faune et des Aires Protégées, représentant le Directeur Général de l'Economie Forestière,  assisté de M. Mohamed ABCHIR, Représentant Résident Adjoint du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Congo.

 

Organisé par le Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable, avec l'appui technique, financier et logistique du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a connu la participation d'une cinquantaine de délégués venus des administrations publiques, des Universités, des sociétés privées, des Organisations de la Société Civile, des artisans et des commerçants ou vendeurs de bois.

Dans son allocution d'ouverture, le Directeur de la Faune et des Aires Protégées, M. Roger Albert M'BETE, assurant l'intérim du Directeur Général de l'Economie Forestière, a indiqué que la structure industrielle en matière de transformation de bois au Congo, n'est constituée que des unités de première transformation et reste peu diversifiée, ce qui occasionne une faible valeur ajoutée créée par le secteur forestier. Il a surtout précisé que la quarantaine d'entreprises forestières installées dans le pays, produisent un peu plus de 1 500 000 mètres cubes de grumes et sont implantées très loin des grandes villes. Leur production est presque  exclusivement destinée à l'exportation et le marché local est toujours déficitaire en produits bois transformés de bonne qualité.

C'est ainsi que dans le cadre du projet "Appui à la mise en œuvre des mécanismes du développement durable", le Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable avec l'appui technique et financier du PNUD organise des consultations participatives, en vue d'élaborer le document de la stratégie nationale de distribution du bois transformé au Congo. L'enjeu principal de ladite stratégie, a-t-il déclaré, est de rendre disponible sur le marché local, le bois transformé de bonne qualité autour des industries et en particulier sur les villes de Brazzaville et Pointe Noire.

Le but de cet atelier, a déclaré le Représentant Résident Adjoint du PNUD, M. Mohamed ABCHIR, dans son mot de circonstance, est de doter le pays d'une stratégie nationale de distribution du bois transformé, cadre de référence nécessaire à toutes les parties prenantes, pour tirer un meilleur profit d'un produit bois transformé national de meilleure qualité et disponible sur le marché. M. Mohamed ABCHIR a pour la circonstance évoqué les aspects de la problématique de la distribution du bois transformé, ainsi que la volonté du Gouvernement de transformer localement plus de 85% de son bois brut, du coût élevé et de l'indisponibilité du bois transformé dans les grandes villes, du fait de plusieurs difficultés.

Tout en exprimant la disponibilité du PNUD à soutenir les efforts du Gouvernement de la République du Congo dans le renforcement des capacités visant à répondre  aux orientations stratégiques du Président de la République,   Il a dans cet ordre d'idées, fait savoir que l'atelier est le moment propice pour bâtir la stratégie nationale de distribution du bois transformé, en invitant les participants à apporter des contributions significatives au document qui servira de passerelle pour asseoir une politique pertinente de distribution du bois transformé en République du Congo. 

Les participants à cet atelier ont suivi quatre exposés thématiques qui leur ont permis d'avoir les arguments nécessaires pour élaborer la stratégie nationale de distribution du bois transformé au Congo. Ces différents exposés sont libellés ainsi qu'il suit :

  • Etat des lieux de la transformation du bois au Congo présenté par Mexan TABAKA, Directeur de la Valorisation des Ressources Forestières ;
  • Etat des lieux de l'approvisionnement des grands centres urbains (Circuit d'approvisionnement du marché du bois légal ou illégal), par le Dr Dévoué Bonaventure BOUKAKA OUADIABANTOU, Président du GIE : Chaine de Valeur "Meubles en Bois" ;
  • Etat des lieux sur le marché du bois transformé (l'offre et la demande) au Congo sur les dix dernières années, consommation actuelle et projection future en bois d'œuvre et de service, par Gilmart Bienvenu TCHIKAYA, de la Direction Générale des Petites et Moyennes Entreprises (PME) ;
  • Contexte juridique et légal du marché de bois : les atouts et inconvénients, contraintes d'application et facteurs clés de succès, par Claude MAYEMBO, Chef de Service de la Gestion Forestière à la Direction Générale de l'Economie Forestière.  

Tous ces exposés ont donné droit à une séance de questions réponses pour recueillir les contributions des participants. En vue d'éclairer la démarche de l'étude, M. Emmanuel MBOUAKA MAKELET, Consultant du PNUD, a présenté l'exposé sur le "Renforcement des capacités sur les approches d'analyses de contexte (SWOT, PESTEL, PORTER)".

Le caractère participatif de cet atelier s'est traduit par la constitution de quatre groupes de travail chargés de réfléchir sur les thèmes suivants :

  • Analyse du contexte de la distribution des bois par la méthode SWOT. Les membres de ce premier groupe ont eu pour tâches de déterminer les facteurs externes et internes qui peuvent influencer positivement ou négativement l'atteinte des objectifs de la filière.
  • Le deuxième groupe a planché sur le thème : Analyse du contexte de l'approvisionnement des villes de Brazzaville et Pointe Noire en bois transformé. Ce groupe  a abordé tous les aspects relatifs au marché (offre et demande) de bois à Brazzaville et à Pointe Noire. 
  • Le groupe trois a pour sa part décortiqué le thème : Analyse des acteurs  de la distribution du bois transformé par la méthode d'analyse des parties prenantes.  Ce groupe a eu pour tâche, d'identifier dans un premier temps les acteurs sur toute la filière, puis à analyser chaque catégorie d'acteurs sur la base des critères proposés dans le tableau d'analyse des acteurs mis à sa disposition.  
  • Enfin le groupe quatre a eu pour thème : Définitions des objectifs, des missions, de la vision et des principes et valeurs.

Au terme des travaux de cet atelier, les participants ont formulé deux recommandations à savoir :

  • Finaliser le rapport des travaux de l'atelier par le Consultant appuyé par la Direction Générale de l'Economie Forestière ;
  • Mettre en place une équipe technique chargée d'élaborer l'ébauche de la stratégie nationale de distribution de bois transformé en République du Congo.

 

Synthèse de Aurélien-Després TATY


Industrialisation de la filière bois : assurer la durabilité de l'industrie forestière à travers une valorisation plus poussée du bois



L'industrialisation de la filière bois, constitue la stratégie essentielle de la valorisation des ressources forestières au Congo. Le développement de la transformation locale du bois favorise une valorisation plus large des ressources forestières en permettant une diversification des essences prélevées, à l'opposé des pratiques d'exploitation hyper sélectives, ou écrémage, qui aboutissent à une consommation d'espace excessive au regard du volume de bois prélevé. Sur le plan économique, cette stratégie vise à assurer une meilleure contribution du secteur aux agrégats économiques, du pays, à créer des emplois, à développer et à mieux structurer l'arrière pays.

Situation actuelle de la filière bois

L'exploitation forestière, activité consistant à produire du bois d'œuvre brut, est actuellement exercée par une trentaine d'acteurs, essentiellement constitués d'entreprise privée majoritairement à capitaux étrangers.

Actuellement cette activité s'étend sur la grande forêt de la partie Nord, ou se situe d'ailleurs l'épicentre. Opérant sur une grande superficie totale de plus de 10 millions d'hectares, ces entreprises ont, en l'espace de cinq ans, doublé la production grumière du pays à la suite de la mise en valeur de la grande forêt du nord Congo, très riche en bois de haute valeur. En effet, cette production est passée de 638 437 m3 en 1995 à 1 320 802 m3 en 2004 et 1.623.825 m3 en 2013.

La production forestière est constituée principalement par les essences suivantes : Sapelli, Sipo, Okoumé, Iroko, Niové, Kossipo, Moabi, Ayous, Longhi blanc, Bahia, Wengué, Afromosia, Limba, Doussié, Bossé, Padouk, Bilinga, etc....
Les bois bruts produits sont destinés soit aux usines de transformation locales ou simplement exportés en l'état vers les pays européens, asiatiques et américains.

La transformation du bois au Congo se caractérise par la première transformation du bois (sciage, déroulage et tranchage) auxquelles s'ajoute quelques activités de deuxième transformation en évolution et un secteur informel de sciage artisanal et de menuiserie artisanale dont les données ne sont pas connues.

Les industriels du secteur forestier ont été soumis à proposer des plans de restructuration de leurs unités pour mieux assurer la durabilité de l'industrie forestière à travers une valorisation plus poussée du bois d'une part, une meilleure amélioration de la capacité opérationnelle des unités de transformation du bois installées sur notre territoire et la création de nouveaux types d'industries : parqueterie, lamellé-collé, panneaux lamellé-collé, maisons en bois d'autres part. Ces activités de deuxième et troisième transformation sont en train d'évoluer de manière positive ces dernières années et ces produits transformés alimentent essentiellement les marchés extérieurs : Union Européenne, Etats Unis, Asie, etc.

Dans le cadre de la transformation plus poussée et diversifiée du bois, et sur la pression du MEFDD, les entreprises ont implanté des grandes scieries et des unités de récupération avec des technologies modernes et avancées (CIB, IFO, LIKOUALA TIMBER, MOKABI, TAMAN IND). Les exportations des produits totalement défiscalisés (moulures, parquets, lamellé-collés, frises rabotées, bois tournés et plinthe etc.), se chiffrent aujourd'hui à environ 7747,08m3. Les essences utilisées sont le Sapelli, Tali, Mukulungu, et le Bilinga. La première transformation s'est développée. Toutefois la seconde et la troisième transformation restent embryonnaires.

La vision du gouvernement du Congo pour l'avenir est dans la transformation plus poussée et diversifiée. Les rendements matières devront dépasser les 80 % et la quasi-totalité des déchets devra être récupérée. Le succès de l'émergence économique est dans la transformation sur place de toutes nos matières premières. Avec la mise en oeuvre de cette stratégie, et l'arrêt des exportations des bois en grumes à moyen terme, les industries de la 2ème et 3ème transformation devraient connaitre une amélioration significative d'ici 2025. La production des sciages devrait dépasser le seuil de 600 000 m3 par an.

Une tâche principale de l'administration forestière et de l'état, est de sensibiliser les différents acteurs à la complémentarité de leurs activités notamment : l'amélioration de leur schéma industriel en ajoutant des chaines de récupération des rebuts de la forêt et des déchets de scieries, grâce à l'implantation des menuiseries industrielles, capables de produire des bois de transformation secondaires (moulures, paquets, frises, lamellés-collés, meubles de haute gamme,) compétitifs sur le marché local et international.

Le taux de transformation actuel oscille autour de 50 % avec une forte disparité (85-90%) pour les industriels avérés (ayant des unités de récupération). Environ 9000 personnes seraient aujourd'hui employées dans les industries d'exploitation et de transformation du bois. Le secteur informel est le principal fournisseur des marchés locaux, et représente un potentiel de développement considérable qu'il serait utile de soutenir pour améliorer les conditions d'existence des communautés locales.

Contraintes

Aujourd'hui le développement de la transformation du bois au Congo reste confronté aux contraintes suivantes : 

  • Les difficultés de transport notamment dans le Nord Congo et des autres infrastructures ;
  • La connaissance insuffisante de la matière ligneuse ;
  • L'étroitesse du marché local ;
  • La non diversification des produits transformés ;
  • Le manque de personnel qualifié ;
  • Les aléas du marché international ;
  • Les coûts de transport élevés ;
  • Le manque de structure bancaire adaptée au financement des activités de la filière bois ;
  • L'insuffisance de l'appui de l'état sous forme de mesures incitatives et d'instructions d'appui.

Perspectives

Le développement de l'industrie du bois congolaise dépendra, d'une part de la consolidation des activités de première transformation et d'autre part de la diversification de la production industrielle et du développement des marchés pour une utilisation plus accrue du matériau bois.

La mise en oeuvre de cette stratégie repose sur les actions ci-après : 

  • Meilleure connaissance de la ressource forestière à travers l'élaboration des plans d'aménagement ;
  • Modernisation des industries ;
  • Promotion de l'utilisation des essences autres que celles traditionnellement transformées ;
  • Transformation locale des bois de plantation ;
  • Promotion et développement de la transformation locale des bois de plantation ;
  • Promotion et développement des PMI/PME et de l'artisanat du bois ;
  • Standardisation des constructions en bâtiment ;
  • Partenariat entre les grands industriels et les PME (menuiserie, produit de charbon, etc.....) ;
  • Favoriser la consommation locale du bois à travers la mise en place d'une taxe d'importation forte des meubles et autres produits dérivés ;
  • Interdiction à l'exportation des grumes ;
  • Promotion du marché intra-africain ;
  • Promotion et développement des PMI/PME et de l'artisanat du bois.

Quelques paramètres de production

Capacité totale de transformation (Unité en m3)
Scierie DéroulageContreplaquéTranchageAutre activités de 2ème transformation
 1.100.000  210.000     30.000       -Données non disponibles
Evolution de la production forestière (Unité en m3)
AnnéeGrumesSciagesPlacages déroulésContreplaquésRondins d'eucalyptusCopeauxProduits finis
 20101.314.281178.228  35.021       25.060    386.694 351.524      -
 20111.462.990227.649  33.788       18.620    300.445 300.445      -
 20121.528.825223.031  31.747       24.543    337.160 337.160      -
 20131.623.374326.999  72.521       28.181       146    146 5077,27
 20141.522.123325.406  53.453       26.564       254    254 6217,15
Evolution des exportations (Unité en m3)
AnnéeGrumesSciagesPlacages déroulésContreplaquésRondins d'eucalyptusCopeauxProduits finis
 2010798.954132.187  18.038        167     62.000 318.430     -
 2011855.739147.478  22.152       5.443        33 195.298     -
 2012702.742162.279  20.618       1.573         - 148.356     -
 2013913.335206.818  24.134        542         - 145.049 5077.27
 2014887.084201.076  21.702        555         -      - 6217.15

 

Auteur : Mexan TABAKA, Directeur de la valorisation des ressources forestières

 


Projet maisons en bois : contribuer à la promotion et au développement de la transformation plus poussée du bois au Congo



La transformation  plus poussée du bois, est le moyen le plus  efficace et durable pour la ressource bois. C'est dans cette perspective qu'il a été institué en 2011 au niveau du Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable, le projet « Maisons en bois », dont le Point focal a pour nom M. Simon MAKANGA. 

Ce projet précise le Point focal Simon MAKANGA, poursuit comme objectifs,  de contribuer à la promotion et au développement de la transformation plus poussée du bois en République du Congo, de favoriser l'implication des sociétés forestières dans la création du module de fabrication des Maisons en bois. Ce projet a aussi pour objectif de proposer des mesures incitant à l'accroissement et à la diversification de la transformation et de la commercialisation des produits transformés de bois, d'aider à la mise en place des mécanismes durables pour la construction des maisons en bois.

A terme, ce projet contribuera aussi à construire des logements collectifs  et individuels, à ériger des locaux administratifs et bureaux, à créer des emplois multiples  et diversifiés, et à lutter contre les changements climatiques. 

Parmi les activités menées au cours de l'année 2014, Messieurs Joachim Kondi, Directeur Général de l'Economie Forestière et Simon Makanga, Point focal projet « Maisons en bois », ont participé du 8 au 18 octobre 2014 aux 6eme Assisses de la coopération décentralisée du Département des Yvelines en France, dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de coopération décentralisée établie avec le département de la Cuvette en République du Congo. 

Selon le Point focal Maisons en bois, Il faut retenir de cette mission, la volonté d'intégration de différents matériaux pour aboutir à des constructions environnementales. Les écorces et l'aubier considérés au Congo comme des déchets, sont valorisés en France pour produire la laine de bois qui est utilisée comme isolant dans les maisons écologiques en bois considérée comme maisons acoustiques. La construction des maisons en bois R+8, alors qu'au Congo on se limite à R+3. Une étude très avancée est menée pour la construction des bâtiments écologiques en R+12.

Etant entendu que cette mission avait également impliqué les représentants du Ministère à la Présidence chargé de l'Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux, du Ministère à la Présidence Chargé des Zones Economiques Spéciales, du Ministère de la Construction de l'Urbanisme et de l'Habitat, du Ministère de l'Economie Forestière et du Développement Durable, il sera mis en place ultérieurement, une  commission interministérielle devant réfléchir sur l'érection des structures modernes en matériau bois pendant les prochaines municipalisations accélérées et l'implantation des Zones Economiques Spéciales.  

La délégation de l'administration forestière a mis à profit son séjour, pour échanger le 02 décembre 2014, avec l'association AtlanBois,  qui est un réseau des professionnels du bois (forêt, scierie, menuiserie, ameublement, emballage, construction bois, négoce etc.) en pays de la Loire en France. A l'issue de ces échanges, il est prévu de développer un partenariat entre l'administration  forestière et AtlanBois, en vue d'aider les sociétés forestière à mieux structurer leur chaine de valeur, afin d'améliorer les performances (rendement matière, taux de transformation etc.), et de renforcer les capacités des cadres et agents de l'administration forestière.  Deux films radiotélévisés ont été réalisés par la Congolaise Industrielle du Bois (CIB)-OLAM et la société Likouala Timber, pour vulgariser les maisons en bois.

Entre autres difficultés auxquelles font face ce projet figure : l'absence de l'arrêté régissant le projet. Celui-ci se trouve au cabinet pour amendements. Il manque également  les  moyens financiers nécessaires pour la bonne marche du projet. Pour cela, il serait intéressant que le projet soit doté d'un texte juridique (arrêté) et les moyens adéquats pour la bonne marche du projet. L'idéal serait que les sociétés forestières construisent cinq cent (500) maisons en bois par an à partir de 2015.

La publication de l'arrêté régissant le projet et la mise à sa disposition des moyens nécessaires qui permettront à terme d'une part, de contribuer à atteindre de manière remarquable, la transformation plus poussé de bois au Congo et d'autre part, de loger ou d'abriter une grande partie des citoyens et des administrations, toutes  catégories confondues.

 

Helsia Makamona

Maison en bois construite par CIB-OLAM à la 4ème édition du Race-Wood
Une vue des maison en bois.

Actualités



Environnement : Rosalie MATONDO passe le témoin à Arlette SOUDAN NONAULT

Mme Rosalie MATONDO, Ministre en charge de l’environnement s

...

Environnement : vers la mise en place du Plan de Gestion et d’Elimination des Hydrochlofluorocarbures

Le Ministère de l’Economie Forestière, du Développement Dura

...
Septembre - 2017
D L M M J V S
  01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30