MEFDD  »  Actualité
Actualité
13.02.2015

Echange des vœux au Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable : le ministre Henri DJOMBO épingle 45 priorités pour l’année 2015.

Le respect de la discipline et du statut des Eaux et Forêts par les cadres et agents du Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, (MEFDD) sont un impératif que le ministre de l’économie forestière et du développement durable, Henri DJOMBO, veut faire appliquer. Il l’a fait savoir à l’occasion de la cérémonie d’échange de vœux avec les cadres et agents de son département ministériel ainsi que les responsables des sociétés forestières, les représentants des organisations de la société civile et le secrétaire général du Comité National Olympique et Sportif Congolais, le 10 janvier 2015 sur le site du Parc zoologique de Brazzaville. Le ministre Henri DJOMBO a en dernier ressort, souligné les quarante cinq (45) priorités qui engagent le département de l’économie forestière et du développement durable au cours de l’année 2015.


Echange des vœux 2015 au Ministère de l'Economie Forestière

Pour l’année 2015, le ministre Henri DJOMBO a souligné les quarante cinq priorités suivantes qui doivent engager le département dont il a la charge. Il s’agit de :

  • L’adoption de la politique forestière ;
  • L’adoption de la nouvelle loi forestière par le Parlement et sa promulgation, ainsi que l’élaboration de ses textes d’application ;
  • L’application d’une fiscalité forestière basée sur le Free On Truck (FOT) ;
  • La poursuite des travaux d’aménagement des forêts, afin qu’à l’horizon 2016, toutes les concessions forestières disposent de leurs plans d’aménagement, en dehors de nouvelles attributions ;
  • La validation des résultats de l’inventaire forestier national et la proposition d’un projet de plan national d’affectation des terres ;
  • La mise en place du système national de certification forestière, le PAFC-Congo, et la formation des spécialistes en audit forestier ;
  • La finalisation des outils stratégiques de REDD+, l’opérationnalisation du Comité national et des comités départementaux ;
  • L’élaboration et la mise en œuvre du plan d’investissement de REDD+ ;
  • La poursuite des actions en direction des partenaires nationaux et internationaux dans le cadre de la mise en œuvre du ProNAR comme projet phare d’économie verte, avec l’appui d’un cabinet extérieur ;
  • L’identification et la cartographie des terres par le ProNAR pour atteindre un million d’hectares et l’aboutissement de leur classement ;
  • La restructuration du SNR et le renforcement de ses capacités pour la mise en œuvre du ProNAR ;
  • La protection des périmètres de reboisement occupés anarchiquement dans la périphérie de la ville de Pointe Noire, conformément à la décision du Conseil des Ministres du 08 août 2013 ;
  • L’amélioration du niveau de transformation des bois par l’utilisation des technologies industrielles performantes et le renforcement des capacités ;
  • La réalisation de l’étude sur l’approvisionnement permanent du marché local en bois, particulièrement ceux de Brazzaville et de Pointe Noire, et l’application des recommandations y relatives ;
  • L’encouragement de la construction des maisons décentes en bois et de la production des portes, fenêtres, parquets, meubles et bien d’autres produits ;
  • La promotion des produits forestiers non ligneux, à travers le développement de la filière « huiles essentielles », la domestication du gnetum et l’apiculture ;
  • Le strict respect du quota 85/15 ;
  • L’éradication des coupes et du commerce illégaux des bois, bien que ce phénomène soit marginal dans la production et le commerce du bois dans notre pays ;
  • La poursuite de la collecte et du recouvrement des taxes forestières ;
  • L’accélération de la construction des bases vi-vies dans les chantiers forestiers et les sites industriels ;
  • La mise en place des conditions relatives à l’application de l’Accord de Partenariat Volontaire ;
  • L’élaboration et la mise en œuvre des plans d’aménagement des parcs nationaux ;
  • L’opérationnalisation de l’Agence Congolaise de la Faune et des Aires Protégées, avec l’assistance de Kenyan Wildlife Service ;
  • L’organisation de la table ronde des bailleurs de fonds et donateurs, en vue de la mise en place du fonds fiduciaire du secteur de la conservation ;
  • L’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le braconnage et l’opérationnalisation du Comité National de lutte contre le braconnage ;
  • L’organisation de la conférence internationale sur la lutte contre le commerce illégal des produits de la faune et de la flore sauvages d’Afrique ;
  • L’aménagement du jardin botanique et zoologique, avec l’appui des experts cubains ;
  • La finalisation et la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement Durable et l’opérationnalisation de la Commission Nationale ;
  • La validation de la politique nationale de Développement Durable ;
  • L’élaboration d’une loi d’orientation sur le développement durable ;
  • Le développement de la lutte biologique contre les herbes envahissantes ;
  •  Le suivi et la mise en œuvre des objectifs du développement durable, dans le cadre de l’agenda de développement post 2015 ;
  • La mise en place de l’Autorité Nationale Désignée et de l’Entité Nationale pour bénéficier des financements du Fonds Vert pour le Climat ;
  • Le suivi du dossier relatif à la construction des centres de formation aux métiers de la forêt et du bois, en collaboration avec le Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel, les partenaires extérieurs et les sociétés forestières ;
  • Le renforcement des capacités du Système d’Information de la gestion Forestière et du Développement Durable, SIFODD ;
  • Le développement du site web du Ministère ;
  • Le renforcement de la communication sectorielle ;
  • Le recrutement des cadres techniques et l’avancement du personnel du Ministère ;
  • L’achèvement de l’organisation du corps des agents des eaux et forêts, notamment le statut particulier, le port de l’uniforme et le galonnage ;
  • Le suivi du financement des projets 2015 ;
  • La gestion du site du Forum International sur les Peuples Autochtones d’Afrique Centrale, conformément à la convention de transfert du FIPAC du Congo à la CEEAC ;
  • Le respect des engagements pris au titre des accords internationaux que notre pays a ratifiés et l’aboutissement des projets initiés à cet effet ;
  • La signature du mémorandum de coopération dans le domaine forestier avec Cuba et l’application de ses dispositions ;
  • La mise en place des conditions de réalisation du reboisement en Haïti. 

Pour enrayer le laxisme qui a pris corps chez certains cadres et agents du ministère-favorisant le transport du bois des départements vers les centres de consommation comme Brazzaville et Pointe Noire- le ministre qui a décidé de mettre un terme à ce qu’il a qualifié de « Complicité administrative » a enjoint les directions générales du développement durable et de l’économie forestière à « Préparer pour chaque trimestre 2015 des documents de conseil de discipline pour sanctionner les agents qui violent la discipline et notre statut ». Cela est une directive, a souligné Henri DJOMBO, qui devra être appliquée rigoureusement.

 Dans la même foulée, le ministre de l’économie forestière et du développement durable a rappelé que les attributaires des concessions forestières refusant d’exécuter leurs engagements contractuels verront, cette année, leur forêt retournée au domaine pour permettre aux opérateurs alliant capacités et volonté de lui assurer une mise en valeur adéquate.

Le Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, a souhaité que 2015 soit une bonne année sur le plan financier pour atteindre tous ces objectifs. Un aspect épinglé déjà par le directeur de cabinet, M. Michel ELENGA, dans son rapport bilan lorsqu’il déclare : « Notre programme de travail s’est exécuté dans un contexte beaucoup plus difficile qu’en 2013, marqué par une faiblesse notoire de transferts des fonds du Trésor public au profit des structures concernées notamment le Fonds forestier ». 

Dans son rapport bilan, le Directeur de Cabinet s’est appuyé sur la Lettre de missions en date du 13 mars 2014 de Son Excellence M. Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, qui assignait au Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, les principales missions suivantes :

  • Le renforcement des capacités du ministère ;
  • La mise en œuvre de la Stratégie Nationale du Développement Durable ;
  • La gestion durable de l’économie forestière.

Sur chacune de ces missions, M. Michel ELENGA a indiqué avec force détail dans son discours (disponible), le travail accompli. Par exemple pour le premier axe portant sur le renforcement des capacités du ministère, un draft du document de politique forestière a été élaboré avec l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), et validé par l’ensemble des parties prenantes à la gestion des forêts. Il s’agit du premier document de politique forestière élaboré au niveau de notre pays.

De même, la loi 16-2000 du 20 novembre 2000 portant code forestier en République du Congo a été révisée pour tenir compte des nouvelles thématiques forestières et du nouveau contexte socio-économique au niveau national. Le projet de la nouvelle loi forestière a été validé par l’ensemble des parties prenantes.

S’agissant du deuxième axe de la lettre de missions du Président de la République, M. Michel ELENGA a déclaré à ce sujet que l’élaboration du document de la stratégie a été finalisée. La version préliminaire a été examinée lors de la première réunion du Comité de pilotage, qui s’est tenue du 15 au 17 septembre 2014. Le deuxième draft amendé sera examiné au cours de ce mois, avant la tenue des ateliers départementaux et de l’atelier national, prévus en février 2015.

S’agissant de la gestion durable des forêts, troisième axe de la lettre de missions de M. le Président de la République, le programme d’aménagement des concessions forestières s’est poursuivi avec l’examen, par la commission habilitée, des rapports d’inventaires et des études complémentaires, réalisés dans les UFE Letili, Gouongo, Ingoumina, Bambama, Ngongo-Nzambi et Mpoukou-Ogooué, dans le cadre du projet « Appui à la Gestion Durable des Forêts du Congo » (PAGEF), dont la durée a été prorogée de quatre mois, à partir de novembre 2014. Cette décision a été prise pour poursuivre l’appui aux bureaux d’études, afin de s’assurer de l’élaboration des premiers plans d’aménagement, courant premier trimestre 2015.

Auteur : Bienvenu LOUZOLO et Helsia MAKAMONA, DCV/CAB/MEFDD

Décembre - 2021
D L M M J V S
  01 02 03 04
05 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31