MEFDD  »  Le Ministère  »  Objectifs, stratégies et missions
Objectifs, stratégies et missions

La forêt congolaise occupe une superficie de 22.471.271 hectares, soit 65% du territoire national. 13% du territoire national est consacré aux aires protégées.

Depuis 2000, le Congo met en œuvre une politique forestière dont l’aménagement durable et la certification crédible de toutes les concessions forestières constituent le pivot.

Actuellement 29 concessions forestières couvrant 10.176.995 hectares, soit 76,4 % de la superficie attribuée à l’exploitation forestière sont sous aménagement et 9% d’entre elles, d’une superficie de 4.057.985 hectares disposent déjà d’un plan d’aménagement.

L’effort qui y est engagé a déjà permis la certification par le FSC de quatre concessions forestières couvrant 2.478.943 hectares, parmi les 9 disposants d’un plan d’aménagement.

La politique forestière et faunique congolaise vise en priorité la réduction de la pauvreté et de faire de la filière forêt et bois, un secteur de croissance.

Elle tient également compte des nouvelles  perspectives qu’offre la coopération sous régionale, régionale et internationale pour la gestion des ressources forestières d’Afrique Centrale notamment à travers le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

Objectifs

Le Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, qui intègre cette politique se fixe les objectifs fondamentaux suivants :

  • La poursuite des travaux d’aménagement des forêts, afin qu’à l’horizon 2016, année d’achèvement du Plan National de Développement, toutes les concessions forestières disposent des plans d’aménagement.
  • L’augmentation de la production des produits forestiers notamment la production des grumiers ;
  • La création de près de mille emplois ;
  • La réhabilitation et la construction des nouvelles infrastructures de base ;
  • L’amélioration de l’habitat et des conditions de vie en milieu rural ;
  • La poursuite du développement des activités alternatives dans les concessions forestières, les zones tampons et périphériques des aires protégées.

Stratégies

La République du Congo joue un rôle de leader dans la gestion des forêts du bassin du Congo. Ce rôle s’affirme de plus en plus et est maintenant reconnu au niveau international.

Le département de l’économie forestière et du développement durable, se conforme à la politique forestière définie par le gouvernement de la République, ainsi qu’aux prescriptions internationales en matière de gestion durable des écosystèmes forestiers tropicaux.

A ce titre, les axes stratégiques de développement prioritaires pour le Congo sont les suivants :

  • L’aménagement forestier ;
  • La cogestion des aires protégées ;
  • L’application rigoureuse des textes législatifs et réglementaires.
  • La mise en œuvre de ces stratégies permettra de :
  • Garantir la pérennité de la production forestière et la conservation de la diversité biologique ;
  • Favoriser l’essor socio économique des populations de l’arrière pays ;
  • Promouvoir et développer l’écotourisme ;
  • Valoriser les Produits Forestiers Non Ligneux ;
  • Consolider et renforcer la coopération sous-régionale, régionale et internationale en matière de gestion durable des écosystèmes forestiers ;
  • Accroître la contribution forestière au produit intérieur brut (PIB). 

Missions

Les missions du Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, peuvent de manière générale, se comprendre à travers  les dispositions  du Décret 2012 – 1155 du 09 novembre 2012, relatives aux attributions du Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable. De manière spécifique, celles-ci se définissent par la Lettre de mission 2014 du Président de la République, conformément à la mise en œuvre du Plan National de Développement 2012 – 2016.

C’est ainsi que le ministre de l’économie forestière et du développement durable qui exécute la politique de la Nation telle que définie par le Président de la République dans les domaines de l’économie forestière et du développement durable, a pour mission de :

  • Initier et/ou réaliser des études et des projets relatifs au développement du secteur forestier ;
  • Contrôler et évaluer l’application de la réglementation en matière de ressources forestières, hydrographiques et fauniques ;
  • Assurer la police et la gestion de la chasse ;
  • Assurer la protection, la police et la gestion des eaux et de la flore ;
  • Initier les plans d’aménagement des unités forestières ;
  • Initier et/ou réaliser des études et des projets relatifs au développement durable ;
  • Veiller à l’intégration des Objectifs de Développement Durable dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques du Gouvernement ;
  • Contribuer au développement de la politique destinée à associer les citoyens à la détermination des choix des projets relatifs au développement durable ;
  • Proposer toute mesure propre à améliorer la qualité de la vie en contribuant au développement de l’éducation, de la formation et de l’information des citoyens en matière de développement durable ;
  • Entretenir des relations de coopération avec les organismes nationaux, régionaux et internationaux spécialisés dans les domaines de l’économie forestière et du développement durable.

De manière spécifique, et dans le cadre de l’exécution du Plan National de Développement (PND) 2012-2016, le Président de la République a fixé les principales missions à exécuter par le Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable au titre de l’année 2014 :

  • L’aménagement des forêts de production ;
  • Le reboisement et la régénération des ressources forestières ;
  • La valorisation des produits ligneux ;
  • L’aménagement des parcs et des aires protégées ;
  • L’élaboration de la stratégie du développement durable du Congo ;
  • La création de la Commission Nationale du Développement Durable ;
  • La création du parc animalier au nord de Brazzaville ; 
  • La création du laboratoire de géomatique de la cellule MRV ;
  • La promotion de l’économie verte.

Ces missions, dont l’exécution doit être axée sur les résultats mesurables à partir du cadre de performance ministériel, feront l’objet de suivi et d’évaluation par le comité de suivi et d’évaluation des politiques et programmes publics.

Novembre - 2017
D L M M J V S
  01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30